• Post category:Animaux / Atlas / Herpétofaune
  • Dernière modification de la publication :25 décembre 2022
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Classification :

Ordre : Squamata
Famille : Lacertidae
Genre : Podarcis (Wagler, 1830)

Espèce :

Podarcis muralis (Laurenti, 1768)

Comment le reconnaître

  • Les adultes mesurent en général moins d’une vingtaine de centimètres de longueur totale.
  • Poids : 4 – 8,5 g
  • La queue est environ deux fois plus longue que le corps
  • Cette espèce peut être confondue avec les trois espèces de lézards des Pyrénées, toutes rares et localisées, ou plus souvent avec le Lézard vivipare et le Lézard catalan, toutes deux beaucoup plus communes et répandues. Mais c’est avec le Lézard catalan que le risque de confusion est le plus élevé. La présence d’une tache noire au niveau de l’épaule caractérise en général le Lézard des murailles.

Description

Comportement

Le Lézard des murailles préfère les lieux secs et chauds, ensoleillés et rocailleux, exposés au sud. Les structures verticales telles que rochers, éboulis, murs ou marches d’escaliers lui conviennent particulièrement. La présence de refuges à proximité immédiate des emplacements de bains de soleil est primordiale. Le lézard des murailles est relativement peu exigeant si le climat lui est favorable. Il colonise toutes sortes de biotopes : pierriers, falaises, carrières, gravières, ruines, vignobles, bordures de chemin, talus de chemins de fer, berges, murs et tas de pierres sèches, tas de bois. Bref, tous les endroits permettant à un animal à sang froid de capter un peu de chaleur.

Il peut parfois se rencontrer dans des milieux plus humides où il peut nager si nécessaire. Il vit volontiers proche de l’homme, dans les jardins abrités et ensoleillés et sur les constructions. L’espace vital d’un adulte est de l’ordre de 25 m2. Les différents territoires peuvent toutefois se chevaucher fortement.

Alimentation

Le régime alimentaire du lézard des murailles est très varié, comprenant toutes sortes d’insectes : mouches, chenilles, papillons, mille-pattes, vers, criquets, sauterelles et araignées…Il peut également s’attaquer à des jeunes de sa propre espèce. Il peut se nourrir occasionnellement d’abeilles, dont il est totalement immunisé contre l’action du venin, mais ne met jamais en danger les populations de l’ hyménoptère.

Caractéristiques

  • petit lézard avec une longue queue fine ;
  • tête peu distincte du cou ;
  • présence de quatre membres bien visibles munis de griffes aux doigts et orteils.
  • la peau est constituée sur le dos d’écailles finement perlées à peine visibles à l’œil nu.
  • la coloration globale est marron plus ou moins prononcé à gris, avec chez le mâle des marbrures sombres sur les flancs et souvent également sur le dos. Chez les femelles, les marbrures sont moins marquées et laissent place à des lignes claires plus ou moins bien dessinées.
  • le ventre est toujours blanchâtre chez les femelles et très souvent chez les mâles. Certains mâles présentent toutefois une coloration ventrale différente, allant du jaune au rouge brique en passant par l’orange.

Le saviez-vous

La queue du lézard des murailles se casse facilement lui permettant ainsi d’échapper à ses prédateurs. En effet, l’extrémité perdue continue de s’agiter et constitue un leurre vis à vis de l’attaquant. Cette capacité qu’ont certains animaux à se séparer d’une partie de leur corps est appelée l’autotomie. Une queue de remplacement repousse progressivement mais est dépourvue d’écailles, elle est uniformément gris sombre. Parfois elle peut repousser double. A noter qu’autrefois, au début du 20ème siècle, les queues de lézard étaient supposées porter bonheur.

En vidéo

Crédits

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.